Actualités

5ème plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017-2019)

 
5ème plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017-2019)

Le 5ème plan de mobilisation et de lutte contre les violences (2017-2019) traduit l’engagement sans relâche de l’État pour permettre aux femmes victimes de violences, d’accéder à leur droit d’être protégées et accompagnées, pour sortir des violences et se reconstruire.

Le plan fixe 3 objectifs

  • Sécuriser et renforcer les dispositifs qui ont fait leurs preuves pour améliorer le parcours des femmes victimes de violences et assurer l’accès à leurs droits
  • Renforcer l’action publique là où les besoins sont les plus importants
  • Déraciner les violences par la lutte contre le sexisme, qui banalise la culture des violences et du viol

Consultez le plan "le sexisme tue aussi"

Téléchargez le dossier de presse

Lutte contre les violences faites aux femmes : une mobilisation de l’État et de la société tout entière en Île-de-France

À l’occasion de la Journée internationale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes, la préfecture d’Île-de-France se félicite du bilan des actions conduites dans la région dans le cadre du 4 e Plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes 2014-2016.

« La mobilisation des pouvoirs publics et de la société toute entière a porté ses fruits : entre 2012 et 2015, le nombre de femmes tuées par leur conjoint ou ex, par an a diminué de près de moitié en Île-de-France. Mais, ces chiffres sont encore trop élevés. Les violences faites aux femmes restent massives et l’Île-de-France est particulièrement touchée. Le 5 e plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes 2017-2019 présenté le 23 novembre dernier nous donne un cap, une impulsion nouvelle : les services de l’État en Île-de-France sont entièrement mobilisés pour apporter des réponses toujours plus efficaces et toujours plus protectrices aux victimes » a souligné Jean-François Carenco, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris.

11 % des Franciliennes victimes de violences conjugales

Violences conjugales, sexuelles, mariage forcé, prostitution, agressions dans l’espace public… L’Île-de-France est particulièrement concernée par les violences faites aux femmes. 11 % des Franciliennes déclarent être victimes de violences conjugales. Les violences dans l’espace public et le sentiment d’insécurité y sont plus forts que dans le reste de la France. L’Île-de-France, enfin, est une cible principale des réseaux de prostitution.

C’est pourquoi les services de l’État et leurs partenaires institutionnels et associatifs se sont fortement mobilisés pour mieux prévenir les violences, mieux protéger les victimes et mieux répondre aux violences déclarées. La déclinaison du 4 e plan de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes a été une priorité majeure de l’État ; qui ne faiblira pas dans les années à venir.

Un meilleur accueil pour les femmes victimes de violence

Le maillage des dispositifs d’accueil et d’accompagnement des femmes victimes de violences et de leurs enfants s’est renforcé : tous les départements franciliens disposent désormais de plusieurs accueils de proximité. Les femmes victimes de violences sont de plus en plus nombreuses à refuser la violence et à demander de l’aide : augmentation des appels à la plateforme d’écoute 3919 (plus de 8 000 appels en 2015) et de la fréquentation des associations. Plus de 100 téléphones d’alerte (téléphones grave danger – TGD) sont disponibles et ont bénéficié, depuis leur mise en place, à plus de 350 femmes exposées à une menace très sérieuse.

Plusieurs milliers de professionnel.le.s issu.e.s de divers secteurs ont été sensibilisés et/ou formés à la prise en charge de ce public. Des efforts ont été réalisés en matière d’hébergement, plusieurs centaines de places ayant été créées, et de suivi socio-judiciaire des conjoints violents pour prévenir la récidive.

Des projets novateurs pour mieux accompagner ces femmes

Une nouvelle fois, l’Île-de-France a montré sa capacité d’innovation en initiant des projets novateurs :

  •  protocoles dans les maternités visant à favoriser le repérage et la prise en charge des femmes enceintes victimes de violences ;
  •  mise en place de permanences de Pôle emploi dans des centres d’hébergement ;
  •  création de dispositifs spécifiques pour les jeunes femmes, les femmes étrangères et les femmes handicapées victimes de violences ;
  •  soutien à des projets sportifs pour favoriser la reconstruction des victimes, etc

Prise en charge des femmes victimes de violences : dix projets de clubs sportifs retenus

La Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) et la Direction régionale aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE) ont réuni, lundi 10 octobre 2016, les dix clubs sportifs qui dans le cadre de l’appel à projets « Prévention et lutte contre la violence par la pratique sportive », mettent en œuvre et/ou s’engagent dans le développement d’actions en faveur des femmes victimes de violences souvent accueillies avec ou sans enfants dans des Centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS).

« Plus d’une femme sur 10 en Île-de-France est victime de violences conjugales. Après la sortie des violences, il est essentiel pour ces femmes de se reconstruire et de reprendre leur vie en main, en restaurant leur image d’elles-mêmes, en reprenant confiance et en développant des activités personnelles ; c’est le but des actions mises en place par les dix clubs sportifs retenus » précise le préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, Jean-François Carenco.

Mieux comprendre les besoins spécifiques des femmes victimes de violences

Cette matinée d’échanges avait pour objectif de mieux comprendre les besoins spécifiques des femmes victimes de violences. Elle fut aussi l’occasion d’échanger sur des bonnes pratiques à diffuser, et sur les conditions d’une mutualisation des pratiques professionnelles diverses afin d’accroître les partenariats et d’en accentuer l’efficacité.

L’appel à projets « Sport réparateur » de la DRJSCS, en collaboration avec la DRDFE pour l’axe « violences faites aux femmes », concrétise l’implication des politiques sportives comme moyen de prévention des ruptures sociales et vise à accompagner les publics fragiles. Ces orientations sont particulièrement pertinentes en ce qui concerne l’accompagnement des femmes victimes de violences.

L’État en Île-de-France soutient dix actions sportives

Dans le cadre de cet appel à projets, l’État en Île-de-France soutient dix actions sportives qui participent à la reconstruction des femmes victimes de tous types de violences (violences conjugales, violences sexuelles, prostitution, etc.).

Identifiées par des associations spécialisées, les victimes participent à des activités sportives (escrime, équitation, taekwondo, etc.) contribuant à reconstruire une vie personnelle positive et favorisant la santé et l’estime de soi. Pour certaines femmes, il s’agit aussi de découvrir l’activité sportive en général ou un sport en particulier.

Dix projets retenus

Département Porteur du projet   Sport
75 Active ton potentiel Escrime
75 Ligue UFOLEP d'Île-de-France Jeux ludiques et renforcement musculaire
77 Association Solidarité Femme-Le Relais Relaxation et sport de combat
77 Club sportif de Montereau Multisport
78 Comité départemental UFOLEP 78 Multisport
78 Association "Les Cavaliers de Vernouillet" Activités équestres
91 Comité Départemental EPGV Essonne Gymnastique volontaire et activités variées
92 Comité Départemental d'équitation Équitation
93 Club sportif Multisections d'Epinay sur Seine Multisport
94 Comité départemental de taekwondo Taekwondo