Emploi et formation professionnelle

 

Aides à l’emploi

Emploi CNDS

Cette aide vise à soutenir la création d’emploi dans le secteur des associations sportives

L’Emploi CNDS lie par convention l’association et l’Etat pour une durée de 4 ans

Exemple de profil de poste:

  • Educateur sportif
  • Cadre technique
  • Agent de développement
  • Agent administratif
  • Manager, directeur technique

Aide dégressive sur 4 ans calculée au prorata du volume horaire travaillé :

  • 12 000 euros
  • 10 000 euros
  • 7 500 euros
  • 5 000 euros

Qui peut en bénéficier ?

Quel salarié ? Toute personne, sans condition d’âge

Pour les éducateurs sportifs :

  • être titulaire d’un diplôme reconnu au RNCP
  • posséder une carte professionnelle (déclaration DDCS)

Quel employeur ? Toute association sportive agrée «Sport»

Le Contrat

  • Le contrat doit être signé en CDI
  • Le volume horaire minimum de 18 h
  • Si rupture du contrat :
    • Déclarer à la DDCS les raisons
    • Trouver un nouveau salarié dans un délai raisonnable
Emploi CNDS F.U.S.

Possibilité d’Emploi CNDS à Forte Utilité Sociale

«A titre dérogatoire, pour des emplois qui revêtent une forte utilité sociale ou territoriale et dont les objectifs de développement ne permettent pas d’obtenir, en raison de l’insolvabilité du public visé, l’accroissement des ressources propres de l’employeur associatif, il pourra être accordé une aide à l’emploi non dégressive, dont le montant ne pourra excéder 12000€ par an pour une durée maximale de quatre ans.».

Emploi d’avenir

Les emplois d’avenir : une véritable expérience professionnelle et une seconde chance de se former pour les jeunes peu ou pas qualifiés

Les emplois d’avenir ont pour ambition d’améliorer l’insertion professionnelle et l’accès à la qualification des jeunes peu ou pas qualifiés, confrontés à des difficultés particulières d’accès à l’emploi. L’Etat soutient ainsi la création de 150 000 emplois d’avenir d’ici 2014.

La jeunesse est une des priorités du quinquennat. Les emplois d’avenir (EA) doivent permettre aux jeunes d’accéder à une première expérience professionnelle reconnue sur le marché du travail et/ou acquérir des compétences leur permettant d’évoluer vers un autre emploi.
 Ce dispositif s’insère dans un engagement plus global du gouvernement en faveur de l’emploi. Les emplois d’avenir, qui répondent à l’urgence vis-à-vis des jeunes sans emploi ni qualification constituent le premier volet de cette politique qui comprend notamment les contrats de génération et la sécurisation de l’emploi.

Qui est concerné ?

Les jeunes de 16 à 25 ans (ou jusqu’à 30 ans pour les travailleurs handicapés), peu ou pas diplômés et à la recherche d’un emploi peuvent poser leur candidature pour un emploi d’avenir.
A titre exceptionnel, les jeunes résidant dans une zone urbaine sensible, une zone de revitalisation régionale ou en outre-mer peuvent également accéder à un emploi d’avenir jusqu’au niveau bac+3 et s’ils sont à la recherche d’un emploi depuis plus d’un an.

Les employeurs du secteur non marchand sont principalement concernés par le dispositif emplois d’avenir. Leurs activités ont une utilité sociale avérée ou de défense de l’environnement et sont susceptibles d’offrir des perspectives de recrutement durables : filières vertes et numériques, secteurs social et médico-social, aide à la personne, animation socio-culturelle, tourisme… Ce sont principalement des associations, des organismes à but non lucratif, des établissements publics, des collectivités territoriales.
Certaines entreprises privées peuvent recruter en emplois d’avenir, dans des secteurs d’activités ciblés au niveau régional et sur la base de projets innovants.

Qu’est-ce que c’est ?

Pour les jeunes concernés :

  • un CDI ou CDD de 1 à 3 ans
  • à temps plein (sauf exception)
  • une formation pour apprendre un métier
  • la reconnaissance des compétences acquises pendant l’emploi d’avenir

Pour les employeurs :

  • une aide de l’Etat pour 3 ans à hauteur de 75 % de la rémunération brute mensuelle au niveau du SMICSalaire minimum interprofessionnel de croissance
  • embaucher un jeune motivé
  • bénéficier d’un conseil au sein de la mission locale pour construire le parcours de formation du jeune et intervenir pour toute difficulté pouvant survenir au cours de l’emploi

Dans une logique de parcours, l’emploi d’avenir pourra aboutir à une pérennisation dans l’emploi créé, à l’acquisition de compétences donnant au jeune des perspectives nouvelles dans une activité d’avenir ou à la reprise d’une formation, en alternance le plus souvent, en lien avec la motivation trouvée pour un métier.
Ce parcours de réussite reposera sur un fort engagement des employeurs (tutorat, formation, capacité d’accompagnement, place…) et sur un accompagnement renforcé assuré essentiellement par les missions locales mais également Pôle emploi et Cap emploi (pour les travailleurs handicapés).

Pour en savoir plus, cliquez ici

Spécificités dans le champ du sport

Diplômes et formation

BAPAAT

Qu’est-ce que c’est ?

Le brevet d'aptitude professionnelle d'assistant animateur technicien de la Jeunesse et des Sports constitue le premier des niveaux de qualification professionnelle de la filière des métiers de l'animation sportive et/ou socioculturelle.

C'est un diplôme d'Etat de niveau V (niveau BEP). Il permet l'encadrement, l'animation et l'accompagnement des activités socioculturelles et/ou sportives.

L'assistant animateur technicien est appelé à :

  • accueillir, informer des publics diversifiés, aider et participer, au sein d'une équipe à leur prise en charge
  • contribuer à l'organisation et à la gestion des groupes
  • animer la pratique d'activités

Il intervient soit comme assistant, soit en situation d'autonomie limitée et contrôlée, sous la responsabilité d'un professionnel plus qualifié ou du directeur de l'établissement où il assure ses fonctions

Ou s’inscrire dans les Yvelines ?

  • IFAC 78 – 39 bis rue Renoir – 78960 – VOISINS LE BRETONNEUX – tél : 01 30 64 67 30
  • CFA Omnisports de St Germain – 4 bis avenue Kennedy – 78100 – ST GERMAIN EN LAYE - tél : 01 39 10 97 97
  • CPCV Ile de France – 20 rue Roger Hennequin – 78190 – TRAPPES – 01 30 51 20 49
Le Brevet professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et du Sport (BPJEPS)

Qu’est-ce que c’est ?

Le brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) est un diplôme professionnel de niveau IV, créé par le décret N° 2001-792 du 31 août 2001. Il vise un emploi d’animateur intervenant à des fins éducatives ou sociales, dans les domaines des activités physiques, sportives, socio-éducatives ou culturelles.

Le diplôme du BPJEPS est délivré au titre d’une spécialité : disciplinaire, pluridisciplinaire ou liée à un champ particulier. Certaines spécialités peuvent être précisées par des mentions. Des unités de compétences complémentaires peuvent être associées à des spécialités.

Dans la spécialité (et éventuellement dans la mention) obtenue, l’animateur titulaire du BPJEPS fait découvrir, initie, accompagne. Dans les spécialités et mentions sportives, l’initiation peut aller jusqu’à la préparation au 1er niveau de compétition de la discipline.

Le titulaire du BPJEPS peut être chargé de la conception et de la mise en œuvre des projets d’animation dans sa spécialité. Il peut aussi participer à la communication et à la gestion de la structure au sein de laquelle il exerce. Selon les spécialités, les horaires peuvent être décalés : en fin de journée, fin de semaine ou périodes de congés.

L’évolution dans l’emploi peut se faire par un approfondissement ou une diversification des spécialités, ou bien par un passage vers un premier niveau d’encadrement.

Diplôme d’Etat Jeunesse, Education Populaire et Sport (DEJEPS)

Qu’est-ce que c’est ?

Le Diplôme d’Etat de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport (DEJEPS) atteste de la possession des compétences à l’exercice du métier de coordonnateur-technicien ou d’entraîneur dans le champ de la mention obtenue.

Diplôme d’Etat Supérieur Jeunesse, Education Populaire et Sport (DESJEPS)

Qu’est-ce que c’est ?

Le Diplôme d’Etat Supérieur de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport (DES JEPS) atteste de la possession des compétences à l’exercice du métier de directeur de projet, directeur de structure ou directeur sportif dans le champ de la mention obtenue. Il permet, dans le secteur sportif, d’encadrer contre rémunération. Ce diplôme permet, en outre, de se présenter aux concours de conseiller des activités physiques et sportives et d’attaché spécialité animation de la fonction publique territoriale.

Ce diplôme est classé au niveau II (niveau Bac + 3).

Le DES JEPS est destiné à remplacer, à terme, le BEES (Brevet d’Etat d’éducateur sportif) 2ème degré et le DE- DPAD (Diplôme d’Etat de directeur de projet d’animation et de développement).

Liens utiles :

CAEPMNS

Les titulaires du diplôme de maître nageur sauveteur (MNS),  du brevet d’Etat d’éducateur sportif du 1er degré option activités de la natation (BEESAN) ou du brevet professionnel activités aquatiques et de natation (BPJEPS AAN) doivent obtenir un certificat d’aptitude à la profession de maître nageur sauveteur (CAEP-MNS) durant la cinquième année civile suivant l’obtention du diplôme.

Dans le département des Yvelines, deux sessions de révisions sont organisées chaque année en juin et septembre.

Pour obtenir un dossier d’inscription, vous pouvez en faire la demande par mel à l’adresse suivante : ddcs-sports@yvelines.gouv.fr à partir du mois de janvier.

Equivalence diplômes étrangers

Equivalence de diplôme et reconnaissance des qualifications
  • Equivalence de diplôme
    • Toute personne désireuse de faire reconnaître l’équivalence de son diplôme étranger s’adresse au Préfet de son département (DDICS, DDICSPP)
    • Lorsque ce diplôme figure sur la liste annexée à l’article A.212-1 du code du sport, il lui est délivré une attestation d’équivalence
    • Dans le cas contraire, le demandeur peut établir un dossier de demande d’équivalence de son diplôme. Ce dossier est transmis pour attribution par le Préfet à la direction des sports
    • Après avis de la commission de reconnaissance des qualifications, le ministre chargé des sports arrête sa décision : équivalence ou rejet de la demande, ou encore équivalence partielle. Il notifie cette décision à l’intéressé, et en informe le Préfet concerné.
  • Demande de libre établissement
    • Principes généraux : La profession réglementée d’éducateur sportif peut être exercée par tout ressortissant européen qualifié pour l’exercer dans un Etat membre ou autre Etat partie à l’accord sur l’espace économique européen.
      Ce principe général est organisé par le code du sport de manière à garantir la sécurité des usagers. La mise en œuvre de ce droit et de ses conditions d’exercice se fait dans le cadre d’une procédure de déclaration d’activité obligatoire auprès des préfets de département, aboutissant à la délivrance d’une carte professionnelle.
    • Références des textes : Code du sport, articles L.212-7, R.212-84, R.212-88 à R.212-91, A212-182 à A212-182-1