La politique de la ville dans les Yvelines

 

La politique de la ville, mise en œuvre depuis une trentaine d’années par les pouvoirs publics, vise à revaloriser les zones urbaines en difficulté et réduire les inégalités entre les territoires d’un même département. Il s’agit d’une politique territoriale (géographie prioritaire), interministérielle et contractuelle (Contrats de Ville 2015/2020, remplaçant les anciens Contrats Urbains de Cohésion Sociale - CUCSContrats urbains de cohésion sociale).

Dans le département des Yvelines, le Préfet est le délégué départemental de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) et du Commissariat Général à l’Egalité des Territoire (CGET –issu du regroupement de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (Datar), du Secrétariat général du comité interministériel des villes (SGCIV) et de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé)).

Le délégué départemental adjoint de l’ANRU est le Directeur départemental des territoires ; le délégué départemental adjoint du CGET est la Sous-Préfète chargée de mission pour la politique de la ville.

Le département des Yvelines compte 22 quartiers prioritaires issus de la nouvelle géographie de la politique de la ville arrêtée par décret du 30 décembre 2014 fixant la liste des quartiers prioritaires de la ville. Ils regroupent un total de 112 000 habitants (soit environ 8ù de la population yvelinoise).

Prenant le relais des anciens CUCSContrats urbains de cohésion sociale, 8 Contrats de ville ont été signés en 2015 par le Préfet, les présidents des intercommunalités et des collectivités impliquées, ainsi que par l’ensemble des partenaires impliqués dans la politique de la ville.

Ces documents ont vocation, pour la période 2015/2020, à constituer le cadre unique de l’intervention des pouvoirs publics et à guider l’action des services de l’État et des collectivités en faveur des habitants des quartiers en difficulté reconnus comme prioritaires. Chaque contrat de ville établit un diagnostic territorial et identifie les actions prioritaires à mettre en œuvre.

Les contrats de ville sont structurés autour de trois piliers (cohésion sociale, développement économique et emploi, cadre de vie et rénovation urbaine) et de trois thématiques transversales (jeunesse, égalité entre les femmes et les hommes, prévention et lutte contre les discriminations). Les actions relevant de chacun de ces champs d’action sont articulées entre elles pour favoriser une cohérence globale.

Les principaux champs d’intervention sont l’emploi, principalement l’employabilité des jeunes, le soutien à la parentalité et l’éducation, en particulier la lutte contre le décrochage scolaire, la diffusion des valeurs républicaines et la lutte contre les discriminations sous toutes ses formes.

A ces thématiques s’ajoute une dimension participative dans la mesure où la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine (dite « loi Lamy ») introduit l’obligation de créer, pour chaque quartier prioritaire, un Conseil Citoyens constitués de deux collèges représentant les habitants du quartier et les acteurs économiques et associatifs locaux. Ce Conseil Citoyens est associé à chaque étape de la mise en œuvre du Contrat de Ville.

Pour conduire ces actions, le Préfet dispose d’une équipe en charge de la politique de la ville animée par Madame Noura Kihal-Flégeau, sous-préfète à la politique de la ville : 6 délégués du Préfet (couvrant les territoires de Mantes la Jolie, Mantes-la-Ville,Trappes, La Verrière, Guyancourt, Chanteloup-les-Vignes, Carrières-sous-Poissy, Vernouillet et les Mureaux) ainsi qu’un pôle politique de la ville au sein de la Mission de Coordination Interministérielle et Territorial.

En outre, deux délégués du gouvernement ont été nommés sur les Yvelines, positionnés sur les territoire de Trappes et Mantes-la-Jolie.

Cette équipe travaille en lien étroit avec le Service de l‘Habitat et de la rénovation urbaine de la DDT pour tout ce qui relève de l’ANRU.En outre, les équipes en charge de la politique de la ville travaillent avec l’ensemble des services de l’Etat, tels que l’UT DIRECCTEdirection régionale des entreprises de la concurrence de la consommation du travail et de l'emploi, le SDEN, la DDCS, les services de police et de gendarmerie, en lien avec les sous-préfets d’arrondissements.

Outre l’animation des dispositifs précités et leur coordination vertueuse avec les directions départementales des territoires et la direction départementale  de la cohésion sociale, la mission ville gère le dispositif des adultes-relais (cible de 125  postes de médiateurs sociaux au 31/12/13), assure l’instruction et la gestion des crédits européens au titre du programme FEDERFonds européen de développement régional, l’instruction des dossiers relatifs à la dotation de développement urbain (DDU), ainsi que le suivi budgétaire et comptable du fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD).

Par ailleurs l’Etat a investi 428 millions d’euros dans les Yvelines au titre de l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU), dans le cadre de sept programmes de rénovation urbaine (PRU) arrivés désormais à échéance : Mantes-la-Jolie/Mantes-la-Ville ; Chanteloup-les-Vignes ; Trappes ; Sartrouville ; Les Mureaux, Ecquevilly et Poissy. Les effets sont déjà visibles en termes de mixité sociale et de restructuration, en particulier concernant le désenclavement des quartiers. 

Dans le cadre de la nouvelle génération de programmes de rénovation urbaine (NPNRU), issue de la loi du 21 février 2014, quatre sites yvelinois ont été retenus en tant que programme d’intérêt national (Les Mureaux, Manles-la-Jolie, Sartrouville et Trappes) et quatre autres en tant que programme d’intérêt régional : Plaisir, Limay, Chanteloup et Le Verrière.